Nouvelle obligation déclarative à charge des résidents d’Espagne

Nouvelle obligation déclarative à charge des résidents d’Espagne


La loi 7/2012 du 29 octobre 2012 adoptée dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la fraude fiscale a créé une nouvelle obligation déclarative à charge des personnes qui résident en Espagne. Les conditions de mise en oeuvre de cette nouvelle obligation sont précisées dans les articles 42 bis, 42 ter et 54 bis du règlement général des actions et procédures de gestion et de contrôle fiscal approuvé par le décret royal 1065/2007 du 27 juillet 2007 et mis à jour par le décret royal 1558/2012 du 15 novembre 2012.

 


L’information à transmettre à l’administration fiscale espagnole concerne :
- les comptes ouverts dans des établissements financiers à l’étranger ;
- les valeurs, droits, contrats d’assurances ou revenus placés, gérés ou obtenus à l’étranger ;
- les biens immobiliers ou droits portant sur des immeubles situés à l’étranger.
Contrairement à la déclaration spéciale qui a cessé de s’appliquer le 30 novembre 2012, il s’agit d’une obligation déclarative à caractère permanent et général, qui n’est pas liée à un impôt spécifique. Des conséquences peuvent découler de cette obligation déclarative à l’égard des contribuables relevant de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, de l’impôt sur les sociétés, de l’impôt sur le revenu des non-résidents et de l’impôt sur le patrimoine.


Un formulaire unique a été retenu aux fins de l’accomplissement de la nouvelle obligation déclarative, qu’il conviendra de retourner à l’administration fiscale par voie électronique, à l’aide d’un programme mis à disposition à cet effet.
1. Champ d’application personnel et matériel de l’obligation déclarative
1.1. Concernant la détention de comptes bancaires à l’étranger :


Champ d’application personnel :
Les personnes physiques et morales résidant sur le territoire espagnol, les établissements permanents de sociétés ayant leur siège à l’étranger, ainsi que les entités visées par l’article 35.4 de la LGT1, sont tenus de satisfaire à la nouvelle obligation déclarative s’ils sont titulaires, représentants, autorisés ou bénéficiaires de comptes ouverts au sein d’établissements financiers situés à l’étranger au 31 décembre 2012, ou à défaut, s’ils en ont eu la jouissance à un quelconque moment de l’année.


Champ d’application matériel :
L’obligation déclarative porte sur les comptes courants, d’épargne, de dépôts à terme, comptes de crédit de toute nature et indifféremment de la dénomination donnée par l’établissement financier, y compris s’ils ne génèrent pas de revenus.
Contenu de l’information :
L’information devra préciser la raison sociale et l’adresse de l’établissement bancaire ou de crédit, l’identification complète des comptes, la date d’ouverture ou de fermeture, ou les dates de concession et de révocation des autorisations sur les comptes, le solde des comptes au 31 décembre et le solde moyen correspondant au dernier trimestre de l’année.


Personnes exonérées de l’obligation déclarative :
- les personnes juridiques et autres entités résidentes d’Espagne, titulaires de comptes à l’étranger individualisés et identifiés par numéro dans la comptabilité ;
- les personnes physiques résidentes d’Espagne qui exercent une activité économique et tiennent une comptabilité conformément aux dispositions du code de commerce, titulaires de comptes à l’étranger individualisés et identifiés par leur numéro dans la comptabilité ;
- les personnes physiques, juridiques et autres entités résidentes sur le territoire espagnol, titulaires de comptes ouverts dans des établissements à l’étranger de banques ou d’institutions de crédit ayant leur siège en Espagne ;
En tout état de cause, l’obligation déclarative ne concerne pas les comptes bancaires dont la somme des soldes au 31 décembre 2012 n’excède pas 50.000€.
1 Il s’agit notamment des communautés de biens dépourvues de personnalité juridique et des successions en cours, visées par l’article 35.4 de la loi 58/2003 du 17 décembre 2003 dite « Ley General Tributaria ».


1.2 Concernant la détention de valeurs, droits, assurances et revenus déposés, gérés ou obtenus à l’étranger :


Champ d’application personnel :
Les personnes physiques et morales résidant sur le territoire espagnol, les établissements permanents de sociétés ayant leur siège à l’étranger, ainsi que les entités visées par l’article 35.4 de la LGT, sont tenus de satisfaire à la nouvelle obligation déclarative s’ils sont titulaires, représentants, autorisés ou bénéficiaires de tels droits au 31 décembre 2012, ou à défaut, s’ils en ont eu la jouissance à un moment quelconque de l’année.


Champ d’application matériel :
L’obligation déclarative porte sur les droits relatifs à des participations de toute nature dans des personnes juridiques (y compris fonds de gestion patrimoniale ou d’investissement collectif), de valeurs représentatives de la cession de capitaux propres à des tiers, de valeurs ou capitaux apportés en vue de leur gestion ou de leur administration à un instrument juridique spécifique (y compris un trust), à l’étranger.
Par ailleurs, l’information concerne les contrats d’assurance-vie ou couvrant les risques d’invalidité passés avec une société d’assurance établie à l’étranger, ainsi que les rentes viagères versées en conséquence de la transmission d’un capital en numéraire, de droits de nature économique ou de biens (meubles ou immeubles) à des entités situées à l’étranger.


Contenu de l’information :
L’information devra, selon les cas, contenir la raison sociale ou la dénomination complète de l’entité juridique ou du tiers cessionnaire, l’identification de l’instrument ou le type de relation juridique ainsi que l’adresse de l’entité, le solde des valeurs concernées au 31 décembre ou la valeur liquidative au 31 décembre s’il s’agit de participations dans un fonds patrimonial ou un fonds d’investissement collectif.


Personnes exonérées de l’obligation déclarative :
- les personnes juridiques et autres entités résidentes d’Espagne, titulaires de tels droits à l’étranger individualisés et identifiés dans la comptabilité ;
- les personnes physiques résidentes d’Espagne qui exercent une activité économique et tiennent une comptabilité conformément aux dispositions du code de commerce, titulaires de tels droits à l’étranger individualisés et identifiés dans la comptabilité ;
Comme pour les comptes bancaires, l’obligation déclarative ne concerne pas les droits dont la valeur au 31 décembre 2012 n’excède pas 50.000€. Si ce seuil est franchi par l’ensemble de droits détenus à l’étranger, c’est la totalité des titres, actifs, valeurs, droits, assurances ou revenus qui doit faire l’objet de la déclaration d’information.


1.3 Concernant la possession d’immeubles ou de droits immobiliers situés à l’étranger :
Champ d’application personnel :
Les personnes physiques et morales résidant sur le territoire espagnol, les établissements permanents de sociétés ayant leur siège à l’étranger, ainsi que les entités visées par l’article 35.4 de la LGT, sont tenus de satisfaire à la nouvelle obligation déclarative s’ils possèdent des propriétés immobilières ou sont titulaires de droits sur des immeubles situés à l’étranger au 31 décembre 2012 ou à défaut, s’ils en ont été titulaires (ou titulaires réels) à un moment quelconque de l’année.
Champ d’application matériel :
L’obligation déclarative concerne les immeubles situés à l’étranger ou les droits portant sur de tels immeubles.
Contenu de l’information :
L’information devra préciser l’identification de l’immeuble et sa typologie, sa situation (adresse complète), la date d’acquisition, la valeur d’acquisition et, en cas d’interruption de la qualité de titulaire, la date de transmission de l’immeuble ou des droits correspondants.
Personnes exonérées de l’obligation déclarative :
- les personnes juridiques et autres entités résidentes d’Espagne, titulaires de tels biens ou droits immobiliers à l’étranger individualisés et identifiés dans la comptabilité ;
- les personnes physiques résidentes d’Espagne qui exercent une activité économique et tiennent une comptabilité conformément aux dispositions du code de commerce, titulaires de tels biens ou droits immobiliers à l’étranger individualisés et identifiés dans la comptabilité ;
Comme pour les comptes bancaires et les autres droits, l’obligation déclarative ne concerne pas les biens et droits immobiliers dont la valeur au 31 décembre 2012 n’excède pas 50.000€. Si ce seuil est franchi par l’ensemble de biens et droits, c’est la totalité des immeubles et droits immobiliers qui doit faire l’objet de la déclaration d’information.



2. Délais et modalités de présentation du formulaire n° 720
La nouvelle obligation déclarative peut être remplie par le titulaire des droits concernés ou par un tiers qui le représente, conformément aux dispositions des articles 79 à 81 du règlement général des actions et procédures de gestion et de contrôle fiscal, approuvé par le décret royal 1065/2007 du 27 juillet 2007.
Pour l’année 2012, la présentation de la déclaration doit être effectuée entre le 1er février et le 30 avril 2013. Par la suite, elle se fera, si les conditions sont satisfaites, entre le 1er janvier et le 31 mars de chaque année.
La déclaration n° 720 doit être transmise à l’administration fiscale par voie électronique, à partir du site internet de l’AEAT .
Le déclarant doit être titulaire d’un numéro d’identification fiscale (NIF) et disposer d’un certificat électronique délivré et admis dans les conditions fixées par l’AEAT.
Le déclarant ou son représentant joindra à la déclaration n° 720 les fichiers annexés à l’ordonnance HAP 72/2013 du 30 janvier 2013 dans sa version PDF, en suivant les instructions données à cet effet.


3. Procédure de présentation télématique du formulaire n° 720
Le déclarant ou son représentant se connectera sur le site internet de l’AEAT, à partir du lien suivant : https://www.agenciatributaria.gob.es.
Il transmettra la déclaration en utilisant la signature électronique obtenue en sélectionnant le certificat installé à cet effet dans le navigateur.
Si la déclaration est acceptée, l’écran affichera les données d’enregistrement, validées par un code de sécurité à 16 caractères, ainsi que la date et l’heure de la présentation. En cas de rejet, un message apparaîtra décrivant les erreurs détectées en vue de leur correction par le déclarant.
Par la suite, l’AEAT procèdera à une vérification des données transmises par le déclarant, et informera le contribuable des éventuelles erreurs détectées dans les déclarations, en vue de leur correction.


4. Conséquences du non-respect de l’obligation déclarative
L’absence de présentation de la déclaration relative aux comptes, biens ou droits détenus à l’étranger entraîne la déchéance de la règle de prescription, avec pour conséquence :
- le rattachement au dernier exercice non prescrit susceptible de régularisation, de la valeur correspondant aux biens, droits ou comptes non déclarés, considérés ainsi comme un profit pour leur montant total ;
- l’imposition dans la catégorie d’impôt correspondante (IRPF, IS, IRNR ou impôt sur le patrimoine) ;
- l’application d’une pénalité de 150% sur le montant de la cotisation d’impôt calculée sur cette base.


5. Sanctions spécifiques
Présentation incomplète, inexacte ou erronée :
- 5.000€ par donnée ;
- minimum d’application : 10.000€ ;
Présentation hors délai ou sous une forme autre qu’électronique :
- 100€ par donnée ;
- Minimum d’application : 1.500€
L’attention est appelée sur le fait que l’administration fiscale espagnole peut s’appuyer sur la directive européenne d’échange de renseignements en vue d’obtenir des autorités étrangères (et notamment françaises) la délivrance d’informations susceptibles de faciliter l’application de la nouvelle obligation déclarative.

La présente fiche contient des éléments d’information extraits des textes législatifs, réglementaires et doctrinaux présentés sur le site internet de l’Agence fiscale, et n’ont pas vocation à s’y substituer. Elle est diffusée à titre purement indicatif et n’engage aucunement la responsabilité de ses auteurs ou des sites sur lesquelles elle pourra être publiée.

 

Source: consulat général de France à Barcelone